Les vendanges.

Il est certain que mes souvenirs des vendanges retracent une époque révolue.Dans les années soixante-dix, le moment de la cueillette était vraiment empreint de joie, de partage, une belle fête pour remercier Mère Nature des ses dons.Aucun vigneron de cette époque n’aurait osé déduire ne serait-ce qu’un centime aux employés pour les repas où l’hébergement, bien au contraire.Cueillir le raisin, c’était la récompense du travail de toute l’année, résultat impossible sans les ouvriers viticoles et les patrons nous le rendaient bien en nous gâtant de succulents repas, vins fins, et champagne à volonté.Bien-sûr, le travail était aussi dur qu’aujourd’hui mais il y avait une telle ambiance que nous oubliions la pénibilité et les maux de dos.De même, les meilleurs cueilleurs étaient remerciés, discrètement par quelques billets supplémentaires et quelques bouteilles.Les horaires étaient tenus mais élargis, on quittait la table un peu égayés par le festin et c’était reparti pour les blagues, les encouragements, les rires. On avait le casse-croûte, le matin, avec des mets faits maison,  jambon-persillé, terrines et autres pâtés, fromages, et tout ça à volonté, du café frais dans de jolies tasses apportées par la patronne, et des gâteaux pour les petits.En effet, les vendanges avaient souvent lieu en Septembre et le mercredi, on aidait.Il n’existait pas de loi pour définir si les enfants étaient exploités et de toute façon, nous ne l’étions pas.Nous aimions participer à cette ambiance chaleureuse et si on nous l’avait interdit, nous n’aurions pas compris  du tout.C’était vraiment un autre temps, fait de chaleur, d’amitié et de rires.Mes parents, et  surtout ma Mère, étaient toujours les meilleurs coupeurs, comme moi et mon frère aujourd’hui!!!Tu te souviens, Gina, de la famille Cousin chez qui nos parents étaient embauchés pour la cueillette?Des gens bons comme le  pain et si généreux!!Je me souviens avoir vu Mr Cousin mettre des billets dans la main de notre Mère à la paye, vu que c’était elle la meilleure!!

On faisait le Chien, c’es la fête de clôture des vendanges, là, tous ensemble on festoyait et que de rires car beaucoup avaient bu plus que de raison et nous, on se marrait de les voir raconter des blagues et de les voir marcher en titubant.

J’ai de très bons  souvenirs de cette époque, un parfum de détente, de gaieté.

 


Archives pour la catégorie Non classé

LES PRESSOIRS – LES VENDANGES

Gyé était avant tout un village agricole, mais surtout viticole. Si dans les années 70 il n’y avait que trois  ou quatre familles qui vivaient du Champagne, de nos jours les grandes propriétés qui n’étaient pas toujours accessibles financièrement, sont occupées par des vignerons.A bien y penser, et avec du recul, on doit bien avouer que ce petit village en avait dedans…. Les structures mêmes des bâtisses démontrent tout simplement que Gyé a du avoir son temps de gloire, et ça ne devait pas être rien…Si la vie des enfants était surtout menée par le rythme scolaire, dès que les vacances arrivaient ou que les feuilles changeaient de couleur, tout se bousculait…. Dans les épiceries, les rayonnages se gonflaient de produits pour mieux desservir la horde de parisiens qui venait régulièrement immigrer. Mais ce qui faisait battre le coeur de notre village, c’était avant tout les vendanges….Ah! les vendanges, parlez moi de ça . Toutes et tous n’avaient plus qu’une seule occupation : Couper le raisin et le livrer au pressoir municipal.Les allées des vignes grouillaient de main d’oeuvre, connue et inconnue. Il faut dire que c’est peut-être la valeur du raisin noir, notre dos nous parle et ça prend pas de temps…. Nous les enfants, avions l’avantage de notre petite taille, mais il fallait avancer au rythme des grands et l’on nous mettait à deux par rayon… On chante, on papotte, on se lance des grappes de raisin, bref on travaille dur, mais on a bien du plaisir. Le propriétaire était soigneusement choisit, car chez l’un on y avait des avantages, chez l’autre non… Bref, souvent, d’une année sur l’autre on retournait vers le même, qui de toute facon, comptait sur nous, l’année suivante. 

Mes parents et moi-même vendangions pour la famille Cousin. De braves gens qui travaillaient dur (comme tous les autres, sans doute) et qui faisaient des vendanges une vraie fête. Je me souviens de M. Cousin  qui avait avait à coeur le bien-être de ses saisonniers et une grande moustache au mileu du visage. Il avait toujours le sourire aux lêvres, ou une bonne blague à raconter. Il savait comment nous faire travailler sans trop voir le temps passer. Vers 7 h du matin, on se dirigeait vers sa maison et à 8h nous montions dans des remorques qui nous enmenaient vers les collines… Là, tous assis plus ou moins sur les autres, et surtout mal réveillés, on se racontait les vendanges des années précédentes. On se vantait de couper plus de raisins que son voisin, ou tout simplement d’être arrivé systématiquement le 1er en haut de la rangée… La moyenne du monde était payé à la journée, mais les plus rapides se faisaient rémunérer au panier… et la croyez-moi, on ne se frottait pas ànces gens-là. Etrangers au village, ils venaient pour faire un coup d’argent, et on le savait…C’était la plupart du temps des  »manouches » ou gitans. Ils avaient un caractère très fort et on n’avait pas le goût à les cotoyer…Leur langage et leur attitude nous glacait le sang. La vigne se trouvait alors , comme coupée en deux : Le côté des fous, et le côté des gens qui donnent un coup de main… Nous faisions tous l’affaire du propriétaire, et c’est sans parti pris, qu’ il partageait le saucisson sec, le pain, les fromages… et bien entendu le vin pour ceux qui avait soif…. Je me souviens de journées, où l’on voyait des hommes saoûls, qui avaient bien du mal à avancer… Ils faisaient rire d’eux, et devenaient prétexte à s’amuser au lieu de couper le raisin… Les vendanges c’était pas seulement travailler, mais c’était surtout se retrouver tous et toutes avec un seul but… avoir du plaisir en se faisant de l’argent. Les parents venaient avec leurs enfants, et ceux qui ne pouvaient pas tenir un sécateur dans les mains, passaient la journée à  courir dans les collines. Quand une bataille de raisin partait, c’était à celui qui salirait le plus son ennemi… Il n’était donc pas rare, de voir redescendre en fin de journée, vers 18 h, quelques larons colorés d’un rouge vin, et les cheveux remplis de pépins…

Non seulement on souffrait en s’amusant, mais en plus on mangeait bien… Ah! l’ambiance qu’il y avait là, mes chers amis… Je suis persuadée que de nos jours, ou le temps est si bien compté, les nouveaux vendangeurs, qui sont souvent des gens de passage, travaillent durement et avec beaucoup moins de plaisir que nous autres… Les hottes en osier portées par des gars bien forts ont été troquées pour des paniers de plastique… Et les tonneaux géants qui servaient à stocker le raisin, ont disparu pour des cuves de plastique, elles aussi. Du coup, les odeurs qui se rattachaient à cette période glorieuse et temporelle, ont tout simplement été troquées pour les valeurs d’un semblant d’hygiène.

Tout ce raisin coupé se retrouvait, bien naturellement au pressoir. Gyé en comptait deux : Celui de M. MICHELOT, notre voisin, et le pressoir municipal.

Je vous parlerai essentiellement de celui de M. MICHELOT car il se trouvait juste sur notre petite place. Derriere un grand portail de métal bleu ciel, toute l’année fermé, l’usine à vin attendait patiemment son heure de gloire annuelle pour se remettre en route…

Un énorme pressoir en bois, trônait sur le côté gauche de l’enceinte. Au centre, une allée grouillait des va-et-vients du personnel affairé. Sur la droite, de gigantesques tonneaux de chêne bordaient un mur… A chaque fois que la presse descendait d’un cran, un  »click » se faisait entendre… Ce simple petit bruit m’indiquait que la vie était revenue, et marquait le temps de l’ouvrage à y abattre dans un temps restreint.

Tout comme la bâtisse du forgeron, j’étais très impressionnée par le monde qui grouillait là, et surtout l’odeur qui se dégageait de la place… Le raison écrasé laissait derrière lui des grappes humides et appauvries de fruit. Stocké dans un coin avant l’enlèvement, une réaction chimique devait se produire là… Du coup, une odeur bien spécifique âpre, acide et incomparable émanait de l’ antre de la bête à jus… Il n’était plus question pour nous les enfants, de s’amuser sur la petite place, car nous risquions tout simplement de nous faire renverser ou tout simplement écraser par les tracteurs. Ca courait de tout bord et de tout côtés, comme dans une fourmilière où chaque ouvrier sait exactement ce qu’il a à faire.

Si le temps était clément, les vendanges se passaient à un rythme , je dirais, raisonnable… mais si un orage, ou tout simplement quelques journées de pluie étaient annoncées, nous devenions des machines à couper le raisin…. Il ne fallait en aucun cas, mettre en danger la qualité même du preéeux fruit, afin que le jus qu’il produirait soit unique : C’est-à-dire, chargé de sucre et abondant à souhait….

Quand les pressoirs se refermaient, le calme revenait dans les rues et les places  du village…. Et on faisait la fête. A la fin des vendanges, M. COUSIN, réunissait les vendangeurs dans un local amenagé de facon très rudimentaire. De toute facon on s’en foutait, car on était là juste pour faire la fête. Ce repas s’appelle le CHIEN ( dans le temps les vendanges et les labours finissaient à l’ étoile Canicula (canis : chien). A la fin de l’été, on avait vaincu les chaleurs et donc la cannicule, et du même fait, on avait tué le chien) je peux vous dire que ça en vaut la peine : Le repas cuisiné par la maitresse des lieux est plutot ordinaire, mais l’ambiance, elle, est démesurément extraordinaire : Seule une taverne pouvait conccurencer le CHIEN…. On y chante, on y boit, on y rote, on chahute, on y compte ses exploits de vendangeurs (les vrais et les faux)… Bref c’est une beuvrerie inégalable et unique à chaque fin de vendange.

Pour ma part, j’y chantais, debout sur la table, tous frappaient dans leur mains et m’accompagnaient… J’étais une petite vedette, et j’adorais ça…C’était mon moment de gloire et c’était bien. Même si mon auditoire avait au cours de la journée, perdu un peu le fil… c’était pas grave…

La modernité a dû suprimer bien des odeurs.Les gens travaillent surtout pour l’argent : Tout doit être rentable … Je ne suis pas sûre que de nos jours les fameuses vendanges de mon enfance aient le même parfum … Tout change, et sans doute, tout y a  changé… Alors je garde précieusement en moi, ces moments glorieux d’un petit village de Champagne des années 70…

Gye-sur-Seine (notre village)

Comme son nom l’indique Gyé est traversé par la Seine. Quelque part en Champagne, ce petit village comptait dans les années 70 environ 465 âmes.Entre collines et vallées, nous avons grandit entourés de champs, de bois, de prés et bien entendu de vignes….Gyé était tout naturellement divisé en deux par la rivière : le haut de la ville (en direction de la nationale) et le bas (où nous habitions).Situé entre Neuville-sur-Seine et Courteron, Gyé qui avait perdu son rang de centre administratif durant la Renaissance, l’a regagné de nos jours. Seule l’école de notre village dessert l’ensemble de service d’éducation des alentours…. C’est ce que l’on pourrait aussi appeler la désertification des campagnes…A coté de la grande place (il n’y en avait qu’une de toute façon) où trônait le monument du Soldat Inconnu, l’école de la petite primaire vous ouvrait son portail après avoir grimpé quelques marches. Au milieu de la cour, un vieux tilleul que nous respections tous et toutes, nous offrait ses branches pour nous protéger de la chaleur du soleil, et nous servait de bouclier quand nous jouions aux petits soldats. Je ne me souviens pas qu’une seule fois on ait coupé, ne serait ce qu’une seule branche de ce magnifique végétal, ce qui fait , que de nos jours, il domine majestueusement la cour de récréation. Il était notre confident lorsqu’on nous mettait au coin, appuyé sur son tronc, notre ami lorsque nous formions des rondes enfantines. Je me souviens d’un gros poêle-à-bois qu’il nous fallait alimenter régulièrement et dont le stock était soigneusement rangé dans le bûcher. Tous ces mots ont tranquillement disparus de notre langage, tout comme les éléments qu’ils desservaient.Comme tout bon village qui se respecte, Gyé a son église.Petite, solide et plutôt accueillante (contrairement aux autres, immenses qui vous inspirent la frayeur), je me souviens avoir confié à une statue de la Vierge tous mes voeux pour un avenir incertain. Tout au bout de la place bordée de platanes, cette bâtisse, comme d autres s’est tranquillement vidée.

A Gyé il y avait deux lavoirs. Oubliés de nos jours, je peux vous dire que ces deux emplacements grouillaient plusieurs fois par semaine. C’était, sans nul doute, le rendez-vous suprême des commères du village. On y répandait les nouvelles, les vraies comme les fausses et croyez moi, le Garde-Champêtre à côté, faisait piteux… A genoux dans des petits boxes de bois, une pelle plate à la main ou parfois une grosse brosse, les femmes brassaient le linge, faisaient mousser le savon de Marseille (non polluant) et claquer les draps d’une façon irrévocable sur la pierre usée du lavoir. Un mécanisme astucieux permettait de suivre le niveau de la rivière afin que ces dernières aient toujours accès à l’eau sans trop se pencher.Les groupes étaient établis, et ne se mélangeaient pas…  En ce qui me concerne, c’était tout simplement au bord de la rivière, derrière notre jardin, que Maman rinçait son linge…. Nous n’appartenions à aucun groupe, nous les sales étrangers. Les pieds dans l’eau, je me souviens avoir perdu plusieurs mouchoirs et serviettes dans le courant … Je participais à presque toutes les taches ménagères, et je n’en suis pas morte..

Gyé comptait d’innombrables petites ruelles. Elles nous permettaient de nous sauver d’une bande adverse, ou tout simplement nous raccourcir le chemin pour nous rendre d’un  point à un autre. L’une d’entre elles traversait presque le village en largeur… On pouvait dans celle-ci voir par dessus le muret , la cour de l’école des  »grands »…. ceux qui quitteront le village pour le collège, et donc la ville… Je ne me souviens pas que les villages alentours aient eu de telles ruelles. Quant aux nôtres, elles étaient connues surtout par les gens de la place. Très étroites, bordées de hauts murets, elles n’inspiraient pas la confiance et c’est toujours très vite que l’on en sortait…J’ai eu la chance de voir travailler un forgeron.Sa forge se trouvait non loin de la piscine municipale. La porte de cette grange ouverte, laissait entrevoir un spectacle plus que terrifiant : Le foyer, la suie sur les murs, le bruit du marteau sur le fer chaud… et l’odeur…. mon Dieu tout un monde se trouvait là… Et croyez moi, on n’avait pas envie d’y aller voir…Bref, Gyé était, et reste un joli petit village. Et comme pour tous les enfants, c’est la plus belle place de la planête pour moi, puisque c’est là que j ai grandit.Je ne vous ai pas encore parlé du Pressoir et ce sera pour une autre fois, car à lui seul , il vaut tout un chapitre : Que ce soit celui de Monsieur MICHELOT qui se trouvait tout à côté de notre maison, ou le pressoir municipal, les deux faisaient battre le coeur même de notre campagne…

 

 

 

Le caté.

On y allait tous les Dimanches avec les Hollandais, les Voltrine, amis de nos parents.A l’Eglise réformée, à Troyes.Là, il faut dire que notre Mère nous faisait belles et propres comme des sous neufs!Elle nous coiffait avec des rubans, quand ils tenaient. Moi, rien ne les apprivoisait, tu te souviens Gina, de cette pince à cheveux que Maman tenait à me mettre?Dans les cinq minutes, elle tombait.Mes cheveux étaient rebelles sauf à l’élastique!!Aie!!car à cette époque c’était le vrai élastique !Pour le mettre, pas trop dur, mais pour le retirer, tu pouvait être sûre de t’arracher une sacrée touffe  de cheveux! Donc, le Dimanche, bof, pour ce qui est des préparatifs, tu te souviens aussi des bigoudis?Bon, je pense que tu auras de quoi en dire.On était donc tous en habits du Dimanche, et interdit de se salir.ça un peu dur mais bon, on était sensés être au caté où dans l’Eglise.Par contre, dans la cour de cette Chapelle, il y avait de la verdure, de la place, c’était gai comme endroit.Moi, j’aimais bien ça, surtout feuilleter la Bible avec ses feuilles toutes douces et fines.C’était bien, on nous disait de respecter les gens différents, de ne pas nous moquer, en fait, on s’amusait bien.Il y avait les enfants du Pasteur, ce qui fait que je me suis pas posé la question de l’abstention sexuelle.Je me souviens qu’on faisait des farandoles quand il faisait beau et je me souviens d’une chanson, en particulier: « je danse comme David ».C’était bien, ces jours-là.Une fois, en revenant chez les Voltrine, j’ai fais une grosse, grosse bêtise: il y avait une grande volière avec de jolies perruches et d’autres oiseaux.Pour moi, la cage, à 6 ans, je comprenais pas et cela me rendait triste pour les piafs…Alors, ben, je l’ai ouverte!Sans conscience que je condamnais ainsi les fugueuses et quand je me suis fait grondée et que l’on m’a expliqué, j’ai eu des remords pendant longtemps et j’imaginais la fin horrible de ces jolies bêtes ailées jaunes et vertes…Et même je faisais des cauchemars rapport à ça, parce que j’adorais les animaux.

Natation

Nos parents étaient tous les deux de bons nageurs, il est vrai que dans leur pays d’origine, l’eau fait partie intégrante de la culture, même si la Hongrie n’a pas de bord de mer, il y a une multitude de Bains-Turcs, et d’ailleurs, j’ai eu la joie de les fréquenter en 2006, lorsque je suis allée retrouver mes origines.On apprenait de la manière la plus simple: on s’accrochait au cou de l’un ou l’autre des parents, juchés sur leur dos, et du coup, on sentait tous les mouvements nécessaires.Chez nous, on est tous de très bons nageurs et moi, ben, j’adore ça!! Tu te souviens Gina, Maman, la Reine de la gym, elle faisait des saltos, des grands écarts, comme ça, sans échauffement, aussi, on s’essayait à faire la pyramide, qu’est-ce qu’on a rigolé avec ça!Et les pics-niques: oeufs durs et l’incontournable poulet fumé et le lot des trois boîtes de pâté!!Là,  je mets la photo de notre piscine naturelle:c’était la rivière, un petit coin bien aménagé, on y a passé d’innombrables journées, avec toute la famille, là, à droite sur la photo;c’était chouette!

A cette époque, pour éviter les coups de soleil, ben, Maman nous obligeait à mettre le t-shirt, et pis, pendant longtemps, je n’ai pas compris ce qu’ils disaient, les parents: « sors! tu as les lèvres bleues », j’obéissais sans discuter car avec mon Père, on discutait pas, mais c’est resté longtemps une énigme car je regardais mes frères et soeurs et non, je voyais pas leurs lèvres bleues…

 

 

 

 

 

img00361.jpg

Quand j’ai pris le bouillon…

Eh oui, je suis née le siècle dernier, mais ça ne remonte tout de même pas à Mathusalem.Quand il faisait chaud, l’été, nous allions, soit à la piscine municipale, soit au bord de la rivière. Ce petit coin était très proche de notre maison, et nos parents trouvaient sans doute plus pratique de nous rafraichir à cet endroit, plutôt que de traverser tout le village.L’endroit était magnifique : des jardins, dont le nôtre, bordaient le cours d’eau. En face, le muret d’une propriété bourgeoise obstruait la vue du jardin privé et des propriétaires.A cet endroit, la rivière ètait un peu sauvage : Je m’explique. Calmes et douces, des petites cascades nous entrainaient tranquillement mais sûrement vers une zone dangereuse où nous n’avions pas pied.Pendant que nous profitions des douceurs de l’été, et du rafraichissement de l’eau, nos parents, eux, montaient la garde. Et quand je vous dis montaient la garde, les mots sont faibles.N’oublions pas que nous étions six, et que bien souvent on se retrouvait avec les petits parisiens que nos parents trainaient avec eux. On avait tôt fait de se retrouver une bonne douzaine, sous la seule et unique vigilance de nos parents.Nous adorions marcher dans l’eau, puis ensuite nous laisser porter par le courant vers les petites cascades, et regagner le bord pour…. recommencer.Nos bouées de toutes les couleurs étaient notre seul radeau de sauvetage au cas ou, mais parfois ça ne suffisait pas…La mienne avait pris une direction opposée lors du passage émoustillant, mais non pas moins dangereux des fameuses cascades. Je me suis retrouvée entrainée vers le fond, les yeux grands ouverts, à regarder les algues et les petits poissons. Je me souviens parfaitement  d’un bien être incroyable, presque indescriptible, quand tout à coup, une main ferme m’a agrippé les cheveux. Aie, Aie, l’air venait de revenir dans mes narines, mais mes poumons, eux, ne le prenait pas…Je me serai bel et bien noyée si mon père n’avait pas été assez rapide et vigilant.

Merci Papa, mais tu sais, c’est pas pénible de se noyer, maintenant je le sais….

 

 

 

img0142.jpg

 

 

 

 

 

 

Madame Magini.

Elle était brune et belle, de cette beauté des gens gentils, toute en douceur et rondeur, petite.C’est grâce à elle que j’ai pu lire très rapidement.Tu te souviens ? on faisait la sieste, dans une salle près de l’école, il y avait des coussins et des petites tables rondes. Madame Magini nous occupait quand on était trop petits pour aller à l’école, en première section.Ben, pendant qu’on faisait la sieste, elle traçait les belles lettres, parfaitement calligraphiées, et pour mes yeux, ce spectacle était enchanteur, c’est ainsi, qu’en la regardant, j’ai appris à écrire, et rapidement à lire.Etant curieuse de nature, je cherchais du sens.J’en cherche toujours, d’ailleurs.Et je n’ai jamais fait la sieste mais je faisais semblant.J’ai eu cette chance:cette Dame, qui sans doute savait que je ne dormais pas car elle répétait à voix tamisée, les syllabes, un sourire accroché aux lèvres.

Notre Père était un légionnaire à la retraite, entre autres…

Indochine, Algérie…Il n’a jamais chassé, ni pêché, il allait aux champignons avec Maïka.Il marchait des heures et comme il marchait très vite, il avalait des kilomètres!Nous ce que nous avalions avec délices, c’était les girolles toutes dorées qu’il nous ramenait.Il les vendait également au restaurateur du coin, et sans doute que les pigeons de mon père ont côtoyé plus d’une fois ses cueillettes, au fond du four.Du coup, on les savourait car, en définitive, on en mangeait pas souvent.La vente de ces champignons participait à assurer les besoins de notre  grande famille.Nous allions aux noisettes, aux noix, aux mûres.Tu te souviens quand vous alliez à la pêche?Moi, je trouvais ça horrible!!Et ensuite vous dévoriez à belles dents une fricassée de poissons d’argent, Beurk, je n’aime toujours pas le poisson!Maman nous faisait régulièrement de la brioche qu’elle pétrissait des heures, et d’excellents gâteaux aux noix et noisettes!On se régalait.Tu te souviens qu’elle faisait des sucettes au caramel?Je me souviens de mains, de batônnets et de caramel doré dégoulinant…On était gâtés par sa générosité naturelle, son amour pour nous.Tu te souviens comme notre père était exigeant?aie, il n’en fallait pas beaucoup pour subir ses foudres.Quand il se levait de table, un geste vers sa ceinture, on savait que ça allait chauffer.Je le craignais beaucoup mais je lui tenais tête et en cas de gros conflit, je n’ai jamais baissé les yeux, sa colère n’en était que plus forte.Je me prenais une monstrueuse raclée et voilà.Et je partais chialer loin de lui.Il m’a laissé le souvenir d’un homme préoccupé.Tu sais comme il s’est toujours intéressé à notre monde, comme ses prévisions, en géopolitique ont souvent été perspicaces et avérées, même après sa mort.C’était un homme avec une mémoire remarquable.Un jour où nous disposions d’une carte du monde vierge, il nous mis au défi: »posez votre doigt où vous voulez et je vous dirais quel est le pays, la capitale, à quelle ethnie les gens qui y vivent appartiennent », et c’est ce que l’on fit et chaque fois, nous vérifions dans le dictionnaire et chaque fois, il avait juste.Une autre fois, il avait reçu un livre sur l’histoire du foot, avec les dates et tout le toutim, un truc du style, « De la naissance du foot à aujourd’hui ». eh ben, on ouvrait au hasard et ben, il se souvenait de tout, du score, des joueurs et de qui avait marqué!!Un mémoire de ouf!!

Education -suite-

Je suis restée très surprise par l’article de Cathy concernant notre éducation.J’ai toujours pensé que nos écarts d’âge avaient fait en sorte que nous voyions nos parents d’un oeil chacun bien différent. Eh bien non, je me suis trompée…Ma chère Soeurette, quelle belle description de notre éducation, mais plus encore, quel bel hommage à ceux qui se sont dépensés sans compter pour leurs enfants.Oui, nous avons eu la chance d’avoir des parents, des vrais : Pas ceux qui se contentent de mettre  bas et demandent à la technologie et aux organismes de notre société, de s’occuper de leur progéniture.Six enfants dans un espace restreint, ça bouge, ça grouille, bref ça a de la vie tout simplement. Notre mère était un vrai chef de meute : soucieuse du bien être de ses petits et de leur santé.Quant à notre père, il s’était donné comme devoir de ramener chaque fin de mois un pauvre salaire, qui suffisait à peine à satisfaire nos besoin élémentaires.Nous n’avons jamais eu faim, ni froid. Les vêtements de Joëlle Hervé, dont les parents étaient très amis avec les nôtres, comblaient largement la garde-robe des quatre premières filles. Nous sommes toujours allés à l’école en chaussures de ville (alors que les enfants du village marchaient en bottes noires de caoutchouc), blouse fantaisie, et surtout, coiffées comme des princesses, avec de jolis rubans dans les cheveux.Il va sans  dire que nous étions le point central de la jalousie de tout le village, qui ne comprenait pas pourquoi, ni comment, les sales étrangers que nous étions, rafflaient tous les prix d’honneur à chaque fin d’année scolaire, avec des enfants sortis d’un autre monde…Oui, nous avons eu des parents, des vrais, et je dois dire qu’avec le temps, il me serait impossible d’être aussi dévouée et aussi farouche de protection vis-à-vis de mes enfants, comme l’étaient nos parents.Je me souviens très clairement d’une petite histoire : Bien que tout petit, notre village habitait des gens de  »haute classe ». C’est ainsi, qu’un ancien Colonel de l’armée française, résidait au centre de notre communauté.Bien caché derrière de grands murs et d’un grand portail, la demeure de celui-ci ressemblait plus à une forteresse.Un jour, alors que nos parents étaient absents et que je gardais ma petite troupe, j’ai eu la désagréable surprise de voir le Colonel arriver chez nous : - »Ton père vole des noix sur mon terrain, c’est un voleur tiens toi le pour dit !!! »,  m’avait-il crié en pleine face, avant de virer les talons et s’en aller…Quelque peu choquée, j’ai raconté cette visite surprise à notre père dès son retour. Aussitôt dit, aussitôt fait : Il attrape sa hache, la lance sur son épaule, me prend la main d’une façon vigoureuse, et me traine à grands pas, jusqu’à la maison du Colonel en question… Deux coups de sonnette et le portail s’ouvre sans méfiance. Mon père franchit la seule porte française qui était ouverte et se retrouve tout naturellement dans la salle-à-manger. Stupéfaits, les propriétaires sont figés en constatant qu’ils ont ouvert la porte à un  »individu armé ».- »Ecoute bien (cria mon père d’une voix claire et sans équivoque), je ne suis pas un voleur, et personne n’a le droit de franchir ma porte et faire peur à mes enfants. Tu es un gradé de l’armée française, mais moi je suis un ancien légionnaire, et tu ne m’arrives pas à la cheville. » Là-dessus, je vois la hache se lever, et finir son chemin au beau milieu d’une magnifique table en bois. Le craquement qui s’est alors fait entendre n’a laissé aucune place à un quelconque mouvement de petit doigt de la part des propriétaires de la maison…Mon père vira les talons, me repris la main, et nous sommes rentrés à la maison sans un mot, sans même un regard en arrière.Comme j’étais fière. C’était ça mon Papa, un homme, un vrai, que même un colonel ne pouvait impressionner. Dans tout le village, on lui disait « vous », et on l’appelait Monsieur… Et personne ne pouvait toucher aux enfants de ce Monsieur là …

 

 

 

Organisation et éducation.

Ben je suis-moi-même très organisée, si je suis motivée.Tu sais, je pense que nous avons eu la chance de vivre des moments formateurs, mais plus que ça, on est devenus des personnes chaleureuses, si ce n’est en gestes, par pudeur, c’est en tout cas à l’intérieur.C’est vrai que nos parents, Andor et Eva, nous ont transmis le sens de l’hospitalité, à les voir donner, accueillir avec honnêteté, bienveillance, générosité, leurs amis et à les quitter sans jamais les critiquer.Nos parents étaient des personnes pour lesquelles ont ressentait du respect, de l’estime, ils « brillaient ».Ils avaient tous les deux une certaine prestance physique, et puis, ils s’aimaient.Ils étaient très simples, et vous savez mon Père, ben, un érudit comme lui, je ne sais si vous en avez déjà croisé, et très intelligent, il n’y à qu’à regarder ses yeux. Ma mère était une gymnaste de très haut niveau, elle avait l’esprit très jeune, vif, et du caractère, elle était moderne pour cette époque car elle tenait tête à mon père, parfois, elle était également très instruite. Elle était une femme souriante, elle possédait une énergie inépuisable, je ne l’ai jamais vue allongée, malade, jusqu’à son cancer.Tous les deux étaient très orgueilleux.Ils nous ont transmis ce qu’il fallait pour « savoir-vivre » au milieu de nos semblables, des plus petits aux plus grands de ce monde.On à reçu une éducation stricte, ponctuée de grosses fessées quand on fautait.Je me rends compte à présent que je trouvais Papa soupe-au-lait, mais en fait, de mon regard d’adulte, je me dis, eh ben, le Monsieur, il a assuré parce que pour mes parents, ça a été très dur.La vie les a mis dans une situation de déracinement total.Tout laisser, sa famille, son pays, partir car sinon, vous êtes enfermé pour le restant de vos jours.Père était un leader, sans doute dangereux pour l’ordre établi et de ce fait condamné.L’histoire en a rattrapé plus d’un.En à appauvrit certains et enrichit d’autres, ainsi est ce temps qui passe.Nos parents semblaient très soudés.Ils faisaient la sieste, la main dans la main, respectivement l’un dans le fauteuil, l’un dans le canapé.Sans montrer des effusions de tendresse, on voyait à la qualité du geste, la tendresse, la compréhension, deux forces et faiblesses unies et complémentaires.On a eu la chance de voir l’amour.On les a rarement et même très rarement vus s’engueuler, ils se respectaient.Ils avaient une stratégie pour tout régler hors notre présence: ils emmenaient Maïka en balade tous les jours en fin d’après-midi et en soirée l’Eté, par tous les temps, et là, ils discutaient de tous les problèmes qu’ils pouvaient rencontrer, en tant que parents, citoyens etc…Nous étions préservés de leurs confrontations et je les en remercie.

 

1234

verdino poesie. |
lesacredesfins |
Confessions D'une Femm... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DELIVRANCE
| Théâtre du Moment
| apprentie