Les voisins.

Comme toi, Gina, je me souviens de Mémère Pouillard, de tonton Jacquot et de Madeleine, de leur fille Pascale, aussi.L’été, on faisait des Monopoly, tu te souviens?, dans leur grenier.On était nombreux à jouer et les parties étaient longues, parfois, on les reprenait le lendemain.J’adorais ces moments où la pluie dehors chantait sur le toit, où la moiteur de l’été donnait à nos corps des reflets.

Tu te souviens de la « relaxation » de Madeleine.Que de fous-rires!!!Tu sais, elle en fait toujours, à 75 ans, elle dirige le club de gym à Gyé!.Je vais leur rendre visite parfois et ils sont toujours aussi proches malgré le temps qui passe, ils nous aiment et on les aime.J’apprécie cette familiarité familiale d’adoption, cela réchauffe le cœur.Cela m’attendrit quand je pense qu’ils nous ont vus tout petits.Et ils n’ont pas changés, tonton, toujours prêt au calembour et tata, marrante, tant son esprit gentil est parfois lent, ce qui à chaque fois est repris par tonton: »Ben, enfin, Madeleine!! »hi!hi!cela me fait marrer car ça a toujours été.Adorables est le mot pour les qualifier.

 


Autres articles

verdino poesie. |
lesacredesfins |
Confessions D'une Femm... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DELIVRANCE
| Théâtre du Moment
| apprentie