Madame Magini.

Elle était brune et belle, de cette beauté des gens gentils, toute en douceur et rondeur, petite.C’est grâce à elle que j’ai pu lire très rapidement.Tu te souviens ? on faisait la sieste, dans une salle près de l’école, il y avait des coussins et des petites tables rondes. Madame Magini nous occupait quand on était trop petits pour aller à l’école, en première section.Ben, pendant qu’on faisait la sieste, elle traçait les belles lettres, parfaitement calligraphiées, et pour mes yeux, ce spectacle était enchanteur, c’est ainsi, qu’en la regardant, j’ai appris à écrire, et rapidement à lire.Etant curieuse de nature, je cherchais du sens.J’en cherche toujours, d’ailleurs.Et je n’ai jamais fait la sieste mais je faisais semblant.J’ai eu cette chance:cette Dame, qui sans doute savait que je ne dormais pas car elle répétait à voix tamisée, les syllabes, un sourire accroché aux lèvres.

 


Autres articles

verdino poesie. |
lesacredesfins |
Confessions D'une Femm... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | DELIVRANCE
| Théâtre du Moment
| apprentie