Notre Père était un légionnaire à la retraite, entre autres…

Indochine, Algérie…Il n’a jamais chassé, ni pêché, il allait aux champignons avec Maïka.Il marchait des heures et comme il marchait très vite, il avalait des kilomètres!Nous ce que nous avalions avec délices, c’était les girolles toutes dorées qu’il nous ramenait.Il les vendait également au restaurateur du coin, et sans doute que les pigeons de mon père ont côtoyé plus d’une fois ses cueillettes, au fond du four.Du coup, on les savourait car, en définitive, on en mangeait pas souvent.La vente de ces champignons participait à assurer les besoins de notre  grande famille.Nous allions aux noisettes, aux noix, aux mûres.Tu te souviens quand vous alliez à la pêche?Moi, je trouvais ça horrible!!Et ensuite vous dévoriez à belles dents une fricassée de poissons d’argent, Beurk, je n’aime toujours pas le poisson!Maman nous faisait régulièrement de la brioche qu’elle pétrissait des heures, et d’excellents gâteaux aux noix et noisettes!On se régalait.Tu te souviens qu’elle faisait des sucettes au caramel?Je me souviens de mains, de batônnets et de caramel doré dégoulinant…On était gâtés par sa générosité naturelle, son amour pour nous.Tu te souviens comme notre père était exigeant?aie, il n’en fallait pas beaucoup pour subir ses foudres.Quand il se levait de table, un geste vers sa ceinture, on savait que ça allait chauffer.Je le craignais beaucoup mais je lui tenais tête et en cas de gros conflit, je n’ai jamais baissé les yeux, sa colère n’en était que plus forte.Je me prenais une monstrueuse raclée et voilà.Et je partais chialer loin de lui.Il m’a laissé le souvenir d’un homme préoccupé.Tu sais comme il s’est toujours intéressé à notre monde, comme ses prévisions, en géopolitique ont souvent été perspicaces et avérées, même après sa mort.C’était un homme avec une mémoire remarquable.Un jour où nous disposions d’une carte du monde vierge, il nous mis au défi: »posez votre doigt où vous voulez et je vous dirais quel est le pays, la capitale, à quelle ethnie les gens qui y vivent appartiennent », et c’est ce que l’on fit et chaque fois, nous vérifions dans le dictionnaire et chaque fois, il avait juste.Une autre fois, il avait reçu un livre sur l’histoire du foot, avec les dates et tout le toutim, un truc du style, « De la naissance du foot à aujourd’hui ». eh ben, on ouvrait au hasard et ben, il se souvenait de tout, du score, des joueurs et de qui avait marqué!!Un mémoire de ouf!!

 


Autres articles

verdino poesie. |
lesacredesfins |
Confessions D'une Femm... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | DELIVRANCE
| Théâtre du Moment
| apprentie