L’hiver quand je partais à l’école…

Réchauffement de la planète ou pas, force est de constater que lorsque j’étais enfant, il y avait de la neige dans notre région…Je vous parle de la Champagne, en France, à 200 km au Sud de Paris.Quant à la date, on va dire les années 60… Eh oui, pendant que les pseudo adultes découvraient les joies de la libération de l’esprit et du corps, moi je me roulais dans la neige… !!!Mon village, Gyé-sur-Seine était … comme divisé en 2 : le haut et le bas de la  »ville ». Quand je vous dit le haut, je ne ment pas, car il fallait monter des escaliers pour se rendre à certains commerces. notre grande famille habitait le bas.Nous vivions dans une maison jumelée à 4 autres, avec, sur le coté,  une petite place verdoyante où, nous les enfants, avions énormément de plaisir à nous retrouver et jouer.Régulièrement il passait une charrette, tirée par un cheval blanc. Elle faisait la navette entre une scierie et un dépôt de bois.Quel plaisir, pour nous autres, les chérubins !Nous nous accrochions 3 ou 4 à l’arrière, et laissions glisser nos chaussures jusqu’au virage le plus dangereux… On riait comme des fous, on se bousculait pour essayer de faire tomber notre voisin, bref on avait bien du plaisir.Malheureusement la ballade n’était pas bien longue, car le pauvre cheval n’avançait pas bien vite, et il nous fallait nous rendre à l’école avant que la fameuse cloche sonne…Mais on se reprenait en fin de journée : La luge, et le chien de la voisine Madame POUILLARD en expédition . On partait pour la  »petite côte » sur la route des Riceys.Dick était là pour les montées, et nous, pour les descentes. Je vous avoues que ce n’était pas très équitable comme partage des tâches, mais au moins, l’animal faisait de l’exercice, et la brave femme qui était déjà bien âgée, appréciait énormément notre contribution à rendre son Berger Allemand un peu moins gros…Ces beaux moments de glisses n’ont pas été bien nombreux, car nous vivions  »en plaine » et la neige n’était pas toujours suffisamment au rendez-vous des amateurs de  »sports d hiver », mais croyez moi, les enfants que nous étions en profitaient grandement (il suffisait pour cela,  de regarder nos vêtements trempés, et nos joues rougies par le froid).Réchauffement ou pas, il n y avait déjà pas toujours de la neige en hiver dans ma région, mais quand elle était là : vêtement de neige ou pas,………..nous, nous étions prêts….

 

 

 


verdino poesie. |
lesacredesfins |
Confessions D'une Femm... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DELIVRANCE
| Théâtre du Moment
| apprentie