Zia Carola.

Zia Carola. IMG_18181Ce qui se passe en mon âme et conscience alors que tu me dis que déjà, elle ne peut plus parler…

Il n’y a aucun mot, une sorte de gouffre, un mauvais vertige et je vois comme toi défiler notre enfance, moi qui a toujours fait fi du temps.

Et je sens comme un morceau de ma chair qui s’éteint, un vide, une horrible morsure, qui me laisse pantin.

12 ans après Maman, Carola qui s’en va…Et ses deux dernières gamines, si jeunes…

C’est vrai qu’elle n’a pas eu une vie heureuse, pour une grande partie. Tu sais Gina, Carola a disparu quand Gaelle est morte, et puis, ensuite, ce petit garçon, mort-né, cela l’a achevé., il n’y a sans doute rien de plus terrible que de voir ses enfants morts…

Ses quatre filles lui ressemblent beaucoup, elles sont comme elle était, pleines de vie, des petites fifi-brin d’acier…

Carola, avec ses nattes, Carola qui sans rien apprendre en classe, retenait tout!!Tu as raison, elle possédait une intelligence hors norme qu’elle n’a jamais exploité, et tout comme toi, je dis « était » car à cette heure, peut-être s’en est-elle allé.

J’espère qu’elle ne souffre pas, qu’elle na pas souffert.

Au-revoir, Carola, va doucement vers quelque chose que nous ne connaissons pas mais que j’espère pour toi, tendre, léger , bon.

Zia Carola.

Je ne sais pas où trouver la force de retourner au cimetière, mais je t’accompagnerai, ma frangine…

Je viendrai déposer sur toi des fleurs du Printemps.

 

 

 

 

 

Articles récents

Comme ca passe vite….

L’une d’entre nous est malade bien malade, en faite je devrais dire mourante, mais sans doute par pudeur, ou par crainte de ce mot, je vais garder malade….

Notre sœur Caro, l’espiègle de la famille, l’insoumise, doit faire face à la maladie, et bientôt à la mort…

Même si le soulagement de l’éternité sereine me rassure, il n’en n’est pas moins qu’elle s’en va et pour toujours…. Il faut bien se rendre à l’évidence, la vie est un présent, et peut nous être enlevée sans qu’on s’y attende, et surtout jamais sans qu’on le souhaite. Mais comme le temps a passé vite.

Je revois encore cette fillette, toujours à l’affût de la moindre bêtise et de la moindre révolte…

« Je veux un chien » s’était-elle mis à hurler debout dans le vide, au bord de la fenêtre de notre chambre…. Si j’en ai pas un je saute…. En fait, elle avait repéré un beagle blanc et noir que des gitans trainaient derrière eux. Ce petit bébé avait attiré toute son attention, et ma sœur, toujours avec son grand cœur, avait décidé que la petite chienne ferait partie de la famille : Pas de problème, on avait déjà un tortue, environ 40 pigeons, alors pourquoi pas un chien…. En fait, c’était une petite chienne, et c ‘est ainsi que MAIKA est entrée dans notre famille.

Nous N’avons jamais regretté cette petite bête, gentille qui aimait les enfants. Elle a été longtemps mon plus fidèle compagnon de promenade, et un livre de la bibliothèque de l’école Paul Portier (le rouge et le noir de Stendahl) porte à jamais l’empreinte de la patte  ma douce Titoune. En effet, couchée à plat ventre, le livre ouvert devant moi, je n’avais pas vu arriver ma chienne qui sortait du bois voisin…. Les pattes pleines de boue elle s’était jetée sur moi, et….sur mon livre par la même occasion…

Alors merci Caro de nous avoir permis d’avoir une si gentille bête à nos côtés…. Tu étais de loin la plus intelligente d’entre nous, mais ton côté rebelle t’a joué bien des tours…. A 16 ans tu es devenue mère, et tu avais un plaisir immense à jouer à la poupée avec un vrai bébé… Tu voulais beaucoup de petits enfants, et tu en as eu 5… Bravo.

Melle aimait les nénéfans, et les nipotamtams…. Elle détestait les pisetoiles (suppositoire), et ne voulait pas qu’on lui prenne sa piasse…

Je parle déjà de toi au passé ma belle, alors que tu tentes, sans doute, encore de te raccrocher à la vie… Elle n’a pas été bien bonne pour toi… alors laisses la aller… Va rejoindre papa et maman et dis leur combien ils nous manquent, et combien nous sommes fiers d’être des Hongrois…  ZIA KIS CAROLA… ZIA….

 


L’une de mes plus grandes peurs,

Je la dois à Maman, un soir qu’elle voulait mettre une pièce dans le mouchoir de l’un d’entre vous, (sans doute Dédé ou Alain, parce qu’on était dans le grand lit), pour la petite souris, elle m’a surprise en plein rêve et j’ai eu la frayeur de ma vie avant de la sentir, avant d être rassurée par un bisous, une caresse sur les cheveux!!!Cette fois-là, je te promets, j’ai eu une trouille peut-être bleue mais en tout cas, nocturne!!!

 

 

 

Articles plus anciens

Ce grenier que j’adorais!

LE GRENIER

Quoi?, vous avez dit « religion »?

Quoi ? Vous avez dit religion …

Les voisins.

MES VOISINS – 2 –

LES GENS DE MON VILLAGE…. Partie 1 – mes voisins -

verdino poesie. |
lesacredesfins |
Confessions D'une Femm... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | DELIVRANCE
| Théâtre du Moment
| apprentie